Lorgasme chez la femme!

Les femmes sont souvent insatisfaites sexuellement! Soit elles ne viennent pas, soit leurs partenaires viennent trop vite! Dans tous les cas, beaucoup de femmes sont frustrées sexuellement! N’ayons pas peur des mots, c’est compliqué de faire venir une femme, du moins, plus qu’un homme, qui d’une simple pipe éjaculera en peu de temps, la face plissé et les orteils toutes croches! Voici donc un peu plus d’information sur l’origine de l’orgasme féminin, qui a suscité de nombreuses études, théories et mythes.

Dans la théorie classique initiée par Freud on distingue deux types d’orgasmes chez la femme. Le premier chronologiquement serait l’orgasme clitoridien considéré comme basique ou infantile, le second, l’orgasme vaginal nécessiterait un apprentissage pour les femmes et serait selon Freud « l’orgasme de la femme mature ».

Les études modernes ont remis en question la théorie classique. Dans cette quantité de sources se dégage de plus en plus le rôle prépondérant du clitoris. En ce qui concerne la place du vagin dans la génération du plaisir sexuel féminin, les avis sont divergents.

Certains psychiatres assurent qu’il n’existe qu’un seul organe du plaisir sexuel chez la femme, le clitoris, et un seul type d’orgasme féminin. Cet orgasme survient par stimulation directe ou indirecte du clitoris.

Ainsi, l’orgasme obtenu lors du coït n’a pour origine qu’une stimulation indirecte du clitoris (Il existerait donc une sorte d’unité mécanique fonctionnelle vagino-labio-préputio-glandienne transmettant et transformant les mouvements de va-et-vient du pénis en frottement du capuchon et du prépuce sur le gland clitoridien rétracté). Cette théorie s’appuie sur le nombre important de leurs observations : ils ont observé et mesuré environ 10 000 réponses sexuelles. Mais aussi sur les recherches faites sur l’autostimulation féminine ainsi que chez les femmes n’utilisant pratiquement jamais la stimulation vaginale de façon privilégiée lors de technique d’autostimulation.

Selon d’autres découvertes concernant le clitoris faites par le sexologue Andrée Matteau, l’orgasme dit « vaginal » met toujours en œuvre le clitoris par l’intermédiaire de ses branches profondes qui encadrent les parois du vagin. La distinction entre orgasme vaginal et orgasme clitoridien n’aurait donc plus lieu d’être, même si les composantes psychologiques, affectives, physiologiques, anatomiques s’entremêlent tellement dans ce domaine qu’il est difficile d’isoler une zone ou un organe dans ce mécanisme. Ce fameux point G n’est en fait que la partie interne de la structure clitoridienne, explique Andrée Matteau, sexologue :

«  La partie extérieure et visible du clitoris, c’est cette petite perle que tout le monde peut identifier. Mais cette structure comporte également des nerfs qui aboutissent à l’intérieur du vagin, comme des pattes qui se rejoignent dans ces éponges que le docteur Grafenberg a bien vaniteusement appelé le point G. Certaines femmes peuvent effectivement ressentir un grand plaisir de la stimulation de ces éponges qui sont fortement innervées. Elles peuvent les repérer par exploration manuelle et s’en servir lors de la pénétration pour amplifier les sensations. Mais de là à prétendre que le point G procure l’ultime jouissance… »

Ainsi, il n’y aurait qu’un seul et unique type d’orgasme féminin. Un extrait d’une enquête de F. Magazine, préfacé de Marie Cardinal en 1980, illustre parfaitement ce point de vue :

« La théorie psychanalytique a créé une séparation nette et sans appel entre deux orgasmes qu’elle veut étrangers l’un à l’autre. L’un symbolise la normalité, l’autre l’immaturité. Or, tout ceci est faux. Malgré les travaux récents et l’importance de la sexologie dans les médias, la confusion reste maintenue. En effet, il n’existe aucune différence entre un orgasme obtenu par une stimulation digitale ou buccale du clitoris et un orgasme provenant de l’excitation provoquée par le frottement du pénis (pendant la pénétration) sur le clitoris. Si dans ce dernier cas, on peut parler d’orgasme vaginal, c’est seulement parce qu’il y a eu, là aussi, stimulation clitoridienne. »

Ce genre d’affirmation est cependant radicalement mis en cause par une partie du corps médical :

« Contrairement à ce que pensent les hommes, bien des femmes n’ont pas de désir focalisé électivement dans le clitoris, ou en tout cas pas d’une façon constante, alors que beaucoup ont d’emblée, dans le coït, le désir focalisé au pourtour de la cavité vulvo-vaginale, le plaisir clitoridien étant comme accessoire au moment de la jouissance vaginale maximum ; et cela peut-être au moment de l’éveil du col utérin, qui est pour beaucoup de femmes un organe ambigu, dressé phalliquement au fond de la cavité vaginale, et dont elles ignorent souvent l’existence et, en tout cas, la sensibilité tactile, avant qu’elles n’en aient éprouvé le plaisir au cours du coït. Bref, l’orgasme clitoridien qui survient seul n’apaise pas la tension sexuelle. »

Alors mesdames, qu’en est-il pour vous? Votre poing G fonctionn? Avez-vous deux types d’orgasmes?

Salutations!

Webmaster

Cette entrée a été publiée dans Non classé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Lorgasme chez la femme!

  1. Audrey dit :

    Vous expliquez l’éjaculation féminine comment? L’orgasme vient du clitoris et la femme éjacule en bonus?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>